Home Biography CDs Samples DVD-Video Interview ADG-Paris

 

Marguerite - Chanson du Roi de Thulé - Scène et Air des Bijoux - Faust (Charles Gounod)  (Opera Arias)

Juliette, Roméo et Juliette / Gounod - Marguerite, Faust / Gounod - Violetta, La Traviata / Verdi - La Contessa, Le Nozze di Figaro / Mozart - Norma, Norma / Bellini - Isolde's Liebestod, Tristan und Isolde / Wagner.

Recording Paris, 1980 - Remastered ADG / FINNVOX 1999 n°99002 - Made in Austria - Sony Digital Stereo - 41' 28"

The Violetta of the Century

You can listen or buy this title here
If you want to buy this CD, please click here

 

With the tessitura of a ‘lirico spinto’ and the sensuality of an Italian voice we rediscover the character of Marguerite and the surprizing ‘messa di voce’ for the high B !
Dans la tessiture d’un "lirico spinto" et la sensualité d’une voix italienne, nous redécouvrons le personnage de Marguerite avec le surprenant "messa di voce" du si naturel aigu à la fin de l’air dit "des bijoux" !

 

Chanson du Roi de Thulé

Je voudrais bien savoir quel était ce jeune homme,
Si c'est un grand Seigneur et comment il se nomme.
Il était un roi de Thulé Qui, jusqu'à la tombe fidèle,
Eut, en souvenir de sa belle,
Une coupe d'or ciselé. (Il avait bonne grâce, à ce qu'il m'a semblé.)
Nul trésor n'avait tant de charmes,
Dans les grands jours il s'en servait,
Et, chaque fois qu'il y buvait,
Ses yeux se remplissaient de larmes.
Quand il sentit venir la mort,
Etendu sur sa froide couche,
Pour la porter jusqu'à sa bouche,
Sa main fit un suprême effort ! (Je ne savais que dire, et j'ai rougi d'abord).
Et puis, en l'honneur de sa dame,
Il but une dernière fois.
La coupe trembla dans ses doigts
Et doucement il rendit l'âme.

Scène et Air des Bijoux

Les grands seigneurs ont, seuls, des airs si résolus,
Avec cette douceur. Allons, n'y pensons plus !
Cher Valentin, si Dieu m'écoute, je te reverrai !
Un bouquet ... C'est de Siebel, sans doute, pauvre garçon !
Que vois-je là, d'où ce riche coffret peut-il venir ?
Je n'ose y toucher, et pourtant ... Voici la clef, je crois ! ...
Si je l'ouvrais ! ... Ma main tremble !
Pourquoi ? Je ne fais en l'ouvrant rien de mal, je suppose !
Ô Dieu ! Que de bijoux !
Est-ce un rêve charmant
Qui m'éblouit, ou si je rêve !
Mes yeux n'ont jamais vu de richesse pareille !
Si j'osais seulement me parer un moment
De ces pendants d'oreille ! ...
Ah ! Voici justement, au fond de la cassette, un miroir !
Comment n'être pas coquette ?
Ah ! Je ris de me voir si belle en ce miroir.
Est-ce toi, Marguerite, est-ce toi ?
Réponds-moi, réponds-moi, réponds, réponds, réponds vite !
Non, non, ce n'est plus toi,
Non, non, ce n'est plus ton visage ;
C'est la fille d'un roi, c'est la fille d'un roi !
Ce n'est plus toi, ce n'est plus toi,
C'est la fille d'un roi qu'on salue au passage !
Ah ! S'il était ici !
S'il me voyait ainsi !
Comme une demoiselle, il me trouverait belle, Ah !
Comme une demoiselle, il me trouverait belle !
Achevons la métamorphose.
Il me tarde encore d'essayer le bracelet et le collier !
Dieu ! C'est comme une main
Qui sur mon bras ce pose, Ah ! ...

Monsegur Vaillant sings to her own accompaniment at the piano
Soprano and concert pianist

Share
 
ADG-Paris © 2005-2017  -  Sitemap -