Home Biography CDs Samples DVD-Video Interview ADG-Paris

 

 

Opera Arias / La Lecon de Musique
Die schöne Müllerin - Franz Schubert
Gabriel Fauré, musicien de Verlaine - La Bonne Chanson, Cinq Mélodies de Venise, Clair de Lune, Spleen, Prison
Recital - Salle Gabriel Fauré
Liederkreis & Dichterliebe - Robert Schumann
Winterreise - Franz Schubert
Rachmaninov at Ivanovka
Arièjo moun païs
Lou Cant dóu Soulèu
Gounod Mirèio Mistral
HIGHLIGHTS Monsegur Vaillant Schwanengesang
  La Traviata - Giuseppe Verdi
An die Musik
An die Musik - Schubert / Gounod / Berlioz / Debussy An die Musik - Schumann

Arièjo moun païs

Las Cansos de Gasto Febus à Frédéric Mistral.

Monsegur Vaillant sings to her own accompaniment...

Live recording in one take

Arièjo o moun païs (Cansou)
La Jano (Cansou)
Uno maïtinado fresco (Cansou)
Le Chot (Cansou)
Le Jougaïre (Cansou)
Le Bouiè (Aire Gascou, St Girons)
La Troumpuzo (Danso, Foix)
Anan lèu, filhetos (Réménille, Foix Couserans)
Aquelos Mountanhos - Gasto Febus "TOCOS S’Y SÉ GAOUSOS"
La Cansou des Dailhaires (Cansou)
La Bressaïrolo de Bethmalo (Aube flaugnaquïso)
Le Bistrounquet (Foix Vicdessos)
Aval, aval, i a’no pradeto (Canso Foix Belesta)
Margarideto (attribuiado a Guy du Faur de Pibrac - Cansounetto)
Cantem toutis la neïssenço (Nadal) - Noël de Gascogne - Christmas from Gascony - Weihnachtslied aus der Gascogne

ADG / FINNVOX Remastered 2003 - n°2000 3 - Made in Austria - Sony Digital Stereo - 21'

Gabriel Fauré, Musician of the Ariège (french, german)

English Version   Oc Language   French Version
English Version
To come
Oc Language

Las Cansos d’Arièjo

     S’és encaro permetut de rebà dins un crane païs al founze de la carto de Franço (n’en dirè pas le noun ...) ount Mariotto se marido à la Gleiso, parce que “las barralhos n’an pos qu’un tems !” coumo disio le faure (sougant de pertout e redde d’aci o redde de pertout e sougant d’aci ?) à la toutjoun fresco besino que s’en jautàbo pla de se barréjà las quèichos an le prumiè crabiè bengut quand èlo besiò les goujats, le gilet penjat à la branco d’un poumiè, le coudè à la cinto, fè fiula la dàlho sus l’èrbo nauto del bergè o leba la pigasso al dessus de la turro de la belhado quand las castanhos e le bi noubèl ajudàbon las filhos à dansà la remenilho o’l quadrilh, un cop la mainatgèro recattàdo e agourulhàdo al founs del lèit, endurmido per qualque bressairôlo de delà les Quers.

     Sabiòn pas legî ni escriure, sinnàbon d’uno crouts, abiòn birat le darrè à l’ascòlo de Moussu Bertrand que les fasiò bouta al piquet cado cop qu’èichouplidàbon de parlà pounchut ; carrejàbon uno cano de lenho al presbitàri per se paga la Prumièro Coumuniou ; mès s’èro l’ouro de mouse, de foutjà las patanos, de poudà, de tira èrbo, d’alargà, de desfemà, de gansoulà unis esclops, d’apounchà un fiulet (sapo, sapo, saparol ! ...), de fè cose le farnat des tessous dins la pairôlo, d’adoubà le porc, de pastà, d’embucà las aucos, de pedassà, de fè la ruscado, d’amassà les escarrous e las mèsplos, de seguidà las traços del singlà pr’aquinamount o de passà la nèit à la demouro del taïchou que s’en beniou, à la luno claro que bagnàbo les countours de la sapinièro de Capbloung, ressegà le migros al pè de las finèstros del Castet, alabets bous y poudiots fisà.

     Abiòn pas tapauc besoun d’ajudo per s’arrapà, d’amagat del Gardo, un centenat de trouitos dins les gourgs de la ribèro o per trucotaulejà (la pistolo sus la taulo !) ansò de Batistin o de Marichou, quand se fasion à la manilho abans de s’y fè per de bou, de pòu d’y dichà l’utchal o la mèrlusso de Nadal sinou la camiso que s’èron croumpàdo à la Fièiro de Trascou, de Sentgirouns o de la Bilo d’Ats, d’ount s’en tournàbon menà bacos o ouelhos, aprèts un boun dinnà arrousat d’un cafè qu’un bèire d’aigordent fasio presouniè.

     Al mès de Setembre, coundusion la côlho dels bendémiaires al Paisbas, d’ount s’arretiràbon uno barrico de bi que batejàbon per passa l’ibèr (pas de que s’arrapà la mounino !). De gens, n’y abiò fôrço d’aquel tems, qu’aimàbon le trebalh de la terro que mès pus, goutentis de susou, al mièi dels tabàsses, dins la sentou del redalh, cadun téniou pè : droullotos, bielhis, farous, l’aujam gratan à l’endarrè.

     Un cop l’an tabè, al tems de Martrou, adoubàbon le carrat de la familho dins le petit cementèri que té à la Gleiso e que s’estiro al dessus de l’albergo ount (ça disen !) s’arrestàbon les pelerins sus le cami de Coumpoustelo e d’ount se pot bèire - las nèits de luno forto - la Casso del Rey e Bernat l’Espinassè ; l’albergo ount la Bousquèto, la mestro de l’oustal, fasiò passà als belhaires les messatges dels aloungats del Clot d’al dessus. Alabets, coumo se s’enteniò batre le cor de la terro nostro, en tout cantan las Cansos del Païs de Fouïch dins le parlà d’Esclarmonda (qui etz Vos e Na Guia), rès mous pot empachà de crèire, qu’aci la mountanho mando un messatge de libertat, tàlo que, à toutos las entos d’uno Crousado à cado joun recoumençado, del Castel de Montsegur al Castet de Toch, les Noustis l’an toutjoun aspromen defendudo.

CLAUDE D'ESPLAS - La Leçon de Musique
ALL RIGHTS RESERVED

French Version

Les Chansons d’Ariège

     S’il est encore permis de rêver dans un fier pays au fond de la carte de France (j’en tairai le nom) où Mariotte se marie à l’Eglise, parce que “les haies ne durent qu’un temps”, comme disait le forgeron (souple de partout et raide d’ici ou raide de partout et souple d’ici ?) à la toujours fraîche voisine qui n’appréciait pas tellement de se mélanger les cuisses avec le premier chevrier venu quand elle voyait les jeunes gens, le gilet pendu à la branche d’un pommier, le coffin à la ceinture, faire siffler la faux sur l’herbe haute du verger ou lever la hache au-dessus de la bûche de la veillée de Noël au cours de laquelle châtaignes et vin nouveau aidaient les filles à danser la réménille ou le quadrille, une fois les enfants remisés et recroquevillés au fond du lit, endormis par quelque berceuse d’au-delà des Monts.

     Ils ne savaient pas lire ni écrire, ils signaient d’une croix, ils avaient tourné le dos à l’école de Monsieur Bertrand qui les faisait mettre au piquet chaque fois qu’ils oubliaient de parler “pointu” ; ils apportaient un stère de bois au presbytère pour se payer la Première Communion ; mais lorsqu’il s’agissait de traire les vaches, de bêcher les pommes de terre, de tailler la vigne, de rentrer l’herbe, d’enlever le fumier, de brider une paire de sabots, de façonner un sifflet (sapo, sapo, saparol) de faire cuire la pâtée du cochon, de pétrir, de gaver les oies, de repriser, de faire la lessive, de ramasser noix et nèfles, de suivre les traces du sanglier par là-haut ou de passer la nuit à l’affût du blaireau qui venait, à la lune claire baignant les contours de la sapinière de Caplong, scier les pieds de maïs, sous les fenêtres-mêmes du Château, alors pous pouviez leur faire confiance.

     Ils n’avaient pas non plus besoin d’aide pour attraper, à l’insu du Garde, une centaine de truites dans les trous de la rivière ou pour abattre les cartes sur la table (la pistole déjà sortie) chez Baptistin ou chez Marichou, quand ils disputaient une partie de manille avant de se disputer pour de bon de peur d’y laisser la chopine ou la morue de Noël sinon la chemise qu’ils s’étaient offerte à la Foire de Tarascon, de St-Girons ou de la Ville d’Ax, d’où ils ramenaient vaches et brebis, après un bon repas arrosé d’un café qu’un verre d’eau de vie faisait prisonnier.

     Au mois de septembre, ils conduisaient une escouade de vendangeurs au Pays bas d’où ils ramenaient une barrique de vin qu’ils baptisaient pour passer l’hiver (“pas de quoi s’en prendre une !”). Il y avait beaucoup de gens à l’époque qui aimaient le travail de la terre plus que tout, dégoulinant de sueur au milieu des taons, dans le parfum du regain, tout le monde s’accrochait : fillettes, anciens, chiens et volailles grattant la terre par derrière.

     Une fois l’an aussi, pour la Toussaint, ils nettoyaient le carré de la famille dans le petit cimetière qui touche à l’Eglise et qui s’allonge au-dessus de l’auberge où (dit-on !) s’arrêtaient les pèlerins en route pour Compostelle et d’où on peut voir “La chasse du Roi” et “Bernard le manieur d’épines” ; cette auberge où la Bousquète, maître des lieux, transmettait aux gens de la veillée, les messages des allongés de l’Enclos d’au-dessus. Alors, comme si on entendait battre le cœur de notre Pays, en chantant les Chansons du Pays de Foix dans le parler d’Esclarmonda (qui etz Vos e Na Guia), rien ne peut nous empêcher de croire qu’ici la montagne nous livre un message de liberté telle que, à tous les instants d’une Croisade sans cesse recommencée, du Château de Montségur au Château de Toch, les Nôtres l’ont toujours âprement défendue.

CLAUDE D'ESPLAS - La Leçon de Musique
ALL RIGHTS RESERVED

   

 

Monsegur Vaillant sings to her own accompaniment at the piano
Soprano and concert pianist

Share
 
ADG-Paris © 2005-2017  -  Sitemap